Note de et sur l'auteur

J'ai été confronté de décembre 2008 à mars 2012 à un ensemble de phénomènes étranges dans un appartement assez classique, à Cologne, en Allemagne. L'idée qu'il puisse y avoir quelque chose de 'paranormal' ne m'a pas effleuré tout de suite l'esprit. C'est venu au fur et à mesure car je ne voyais pas d'autres explications. C'était quelque chose de très étrange qui a entraîné d'ailleurs des difficultés de sommeil. J'avais déjà tout un ensemble de problèmes dits concrets à régler, et je n'avais strictement pas besoin de ça. Il m'a fallu six ans pour oser en parler à un psychothérapeute recommandé par l'Institut Métapsychique International, Geoffroy Spriet. Le fait qu'une amie ressente elle-même des choses bizarres dans cet appartement a été un déclic. J'ai témoigné publiquement sur ce que j'avais vécu, mais en pratiquant l'autocensure. J'ai toujours quelques difficultés pour dormir mais je n'accorde plus vraiment d'importance à l'idée que là où je vis, désormais à Paris, il puisse y avoir ou non quelque chose de paranormal. Sur l'expérience vécue en Allemagne, je l'intégrerais dans l'échelle, entre le degré III et le degré IV.

Ai-je changé, comme il est de bon ton de l'affirmer, suite à ces expériences ? Je dirais que je doute un peu plus qu'avant, je suis plus méfiant et j'ai tendance avant de critiquer un témoignage bizarre à l'écouter et me dire : peut-être que, après tout, qui sait ? Je ne suis pas devenu plus spirituel pour autant, je suis toujours agnostique. Ayant échappé à la mort en mai 2010, je suis plus que jamais 'matérialiste' – attaché aux plaisirs concrets de la vie. Je n'ai pas eu de révélation de quoique ce soit, je n'ai pas de 'foi', c'est quelque chose qui m'est hermétique, étranger. Je respecte toutefois les croyances et les non-croyances des autres dans la mesure où, qu'on le veuille ou non, nous sommes tous, toutes, sur le même bateau.

Je dois tirer mon chapeau au psychothérapeute, très sérieux, cordial, qui m'a permis de travailler sur la dynamique des souvenirs, de remonter loin dans le passé – ce qui n'implique pas forcément l'hypnose, que je refuse catégoriquement- dans un décor âpre, dans son cabinet place Nation, à Paris. En regroupant des souvenirs de faits bizarres, en les reliant, cela a permis de faire sens. Est-ce que cela apporte quelque chose concrètement dans la vie de tous les jours ? Je ne le crois pas vraiment. Par contre, si quelqu'un se confie à moi sur des choses bizarres qui le perturbent profondément, je pense que j'arriverai à être à l'écoute, et que peut-être je pourrai lui fournir quelques pistes d'explications, à minima déblayer le terrain avec lui, essayer de faire la part du réel et du 'faux'. Attention, je parle bien de pistes d'explications et je m'oppose fermement à tout 'package' d'explication pure et définitive – genre c'est Dieu, c'est Satan, c'est l'oncle Roger qui revient, c'est l'univers parallèle, c'est l'esprit de Robert le poisson rouge, c'est la jumelle maléfique de Mylene Farmer etc – qui offre sans doute l'occasion de caresser un individu dans le sens du poil, mais qui au final, ne fait avancer en rien. Il doit être possible de tout écouter mais de ne rien croire, ou plus exactement de ne pas croire à tout ce qu'on prend le temps d'écouter. C'est une position certes inconfortable mais qui permet de mieux progresser, c'est valable pour celui, celle qui veut savoir, même sans formation scientifique – ce qui est mon cas.

298303_10150291407559525_6116202_n